L’assassinat d’«ennemis iraniens» aurait été étudié à Riyad

25

Des responsables proches du prince héritier d’Arabie saoudite ont discuté avec des hommes d’affaires de plans visant à utiliser des entreprises privées pour assassiner leurs adversaires iraniens, notamment le commandant de la Force Al-Qods Qassem Soleimani, selon The New York Times.

Des responsables des services de renseignement saoudiens proches du prince héritier, Mohammed ben Salmane, ont interrogé un petit groupe d’hommes d’affaires l’année dernière sur la possibilité de recourir aux services d’entreprises privées dans le but d’assassiner des ennemis iraniens du royaume, plus particulièrement le général Qassem Soleimani, commandant de l’unité spéciale Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique, a rapporté The New York Times, en se référant à trois sources proches des échanges.

Le général Qassem Soleimani, commandant de l'unité spéciale Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique
© AP Photo / Office of the Iranian Supreme Leader
Le général Qassem Soleimani, commandant de l’unité spéciale Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique
Ces derniers ont eu lieu en mars 2017, soit environ un an et demi avant l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, selon le média.Une réunion se serait tenue à Riyad avec la participation du général-major Ahmed al-Assiri, limogé par la suite en raison de ses liens avec l’assassinat de Jamal Khashoggi.

The New York Times indique que la réunion a été organisée par George Nader, un homme d’affaires américano-libanais et qu’elle s’est déroulée en présence de Joel Zamel, un Israélien ayant des liens étroits avec les agences de renseignement et de sécurité de son pays.

«L’intérêt pour les assassinats, les opérations secrètes (…) marquent un changement de politique étrangère pour le royaume, qui a historiquement évité de telles méthodes qui pourraient créer une instabilité et mettre en péril la position confortable de l’Arabie saoudite en tant que plus grand fournisseur mondial de pétrole», résume le quotidien.

Riyad a récemment fini par reconnaître la mort du journaliste disparu le 2 octobre au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. Les autorités saoudiennes assurent que Jamal Khashoggi a été tué lors d’une rixe et démentent avoir ordonné son assassinat. Selon Riyad, 18 personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire.

La Turquie mène sa propre enquête sur ce meurtre. Le 31 octobre, le procureur général d’Istanbul a annoncé que, dès son arrivée au consulat, Jamal Khashoggi avait été tué par strangulation, son corps ayant par la suite été démembré. Il a souligné le caractère prémédité de ce meurtre.