Assassinat de Khashoggi : le fils du roi saoudien implique Trump et son gendre

108
Jared Kushner chez Mohammed Ben Salmane à Riyad. D. R.

De Londres, Sonia L.-S. – Le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salmane, a jeté un pavé dans la mare en accusant le gendre du président américain Donald Trump de lui avoir fourni des dossiers secrets de la CIA comportant une liste de noms de personnalités saoudiennes présentées comme des ennemis du régime et qui représenteraient une menace pour sa survie.

Les personnalités saoudiennes ciblées par la vague d’arrestations dans le cadre de la purge déclenchée par Mohammed Ben Salmane, il y a quelques mois, étaient sur cette fameuse liste que Jared Kushner a remise au fils du roi, selon le quotidien britannique The Daily Mail.

Cette révélation coïncide avec l’énigmatique disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dont il est suspecté qu’il ait été assassiné dans les locaux du consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul par des agents dépêchés de Riyad pour le tuer et se débarrasser de son cadavre.

Le journal britannique, qui se réfère à une source «digne de foi», a révélé que Mohammed Ben Salmane a réussi, en un court laps de temps, à nouer une relation «très étroite» avec Jared Kushner, gendre et néanmoins conseiller principal du président Donald Trump, au point d’obtenir de lui des «renseignements détaillés sur les fortunes et les activités de richissimes personnalités saoudiennes, parmi lesquelles des membres de la famille royale». La purge avait commencé dès le mois de novembre 2017, soit quelques jours à peine après un déplacement de Jared Kushner à Riyad.

Cette grave révélation relance la polémique dans l’affaire de la disparition du journaliste Jamal Khashoggi et l’implication de Washington dans cette disparition énigmatique qui est en passe d’isoler le régime dictatorial de Riyad. Le président des Etats-Unis devra s’expliquer sur cette complicité de son gendre avec Mohammed Ben Salmane, sur lequel pèsent de lourds soupçons en tant que commanditaire présumé de l’assassinat du collaborateur saoudien du Washington Post, farouchement opposé aux Al-Saoud.

Le régime wahhabite et la Maison-Blanche sont liés par des intérêts tels que rien n’exclut une complicité de la CIA dans cette opération de «nettoyage» qui vise à maintenir la famille régnante sur le trône en Arabie Saoudite, quitte à liquider physiquement tout opposant gênant.