Après le Yémen, le Liban sera-t-il la nouvelle cible de Riyad ?

22
© AFP 2018 JOSEPH EID

Dans le but de compenser ses échecs face aux Houthis et de contrecarrer les projets de l’Iran au Moyen-Orient, l’Arabie saoudite serait en passe de déplacer la guerre du Yémen vers le Liban. C’est ce qu’affirme le 27 août le journal arabophone libanais Al Akhbar, citant un rapport diplomatique secret.

Selon un rapport diplomatique secret, l’Arabie saoudite envisagerait de déplacer la guerre qu’elle mène au Yémen vers le Liban. C’est ce que croit savoir le journal arabophone libanais Al Akhbar dans son édition du 27 août, indiquant que le but de Riyad est de compenser l’échec qu’il a essuyé au Yémen et de contrebalancer le poids de l’Iran au Moyen-Orient.

Selon le journal, qui dit avoir consulté une copie du document, «la réunion a eu lieu en la présence du prince héritier Mohammed ben Salmane, du ministre des Affaires étrangères Adel al- Jubeir, du chef des services de renseignement généraux saoudiens Khaled al-Hamidane, du conseiller spécial du prince héritier et d’autres hauts responsables».

Toujours selon la même source, après que «la réunion a été consacrée aux nouvelles données politiques et militaires dans le sud de la Syrie, après que cette région a été libérée par l’armée syrienne avec l’aide de la Russie et des alliés du pouvoir [le Hezbollah et l’Iran, ndlr]», les responsables saoudiens ont étudié «les résultats des derniers combats qui se sont déroulés au Yémen et leur impact négatif sur la place de l’Arabie saoudite dans le concert des pays arabes et musulmans».

Le quotidien libanais affirme également qu’à la fin de cette rencontre, examinant «la façon de compenser cet échec afin d’établir un nouvel équilibre avec l’Iran dans la région», ses participants ont estimé «qu’après le renforcement des pressions économiques sur l’Iran et le Hezbollah [consécutives à l’entrée en vigueur des sanctions américaines, ndlr] pour les faire sortir de Syrie, déplacer la guerre du Yémen vers le Liban serait profitable [à l’Arabie saoudite, ndrl]».

Dirigée par Riyad, une coalition arabe intervient depuis dans la crise yéménite contre le mouvement des Houthis qui contrôle de vastes pans de territoire dans le nord du pays ainsi que la capitale Sanaa dans l’objectif de rétablir au pouvoir le Président Abd Rabbo Mansour Hadi, reconnu par la communauté internationale. Cette guerre a fait plus de 10.000 morts, dont de nombreux civils et a provoqué la pire crise humanitaire que le monde connaît actuellement. Selon des agences des Nations unies, plus de huit millions de Yéménites sont aujourd’hui menacés de famine.