Droits des femmes : Dima Sadek victime de commentaires haineux sur les réseaux sociaux

137

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, la journaliste libanaise Dima Sadek a été victime d’une série de commentaires insultants, voire haineux, sur les réseaux sociaux, après avoir publié un message défendant la liberté de la femme à disposer de son corps.

“Notre corps n’est pas tabou, nos cheveux ne sont pas source de honte, notre beauté ne provoque pas la discorde, et notre honneur ne tient pas à notre hymen”, a écrit la journaliste ce matin sur sa page Facebook.

“Pourquoi? Tu es une femme?”

En quelques heures, son message avait suscité des milliers de “réactions”, des centaines de commentaires et avait été partagé plus des dizaines de fois. Si un grand nombre d’internautes ont salué le message de Dima Sadek et lui ont exprimé leur soutien, beaucoup lui ont répondu par des moqueries, mais aussi des messages carrément haineux ainsi que de viles insultes.

“Pourquoi? Tu es une femme?” écrit par exemple un internaute. “Nous, en tant que musulmans, tout comme les chrétiens et les juifs, considérons que l’adultère est interdit, et cela implique donc la virginité (avant le mariage), sinon, quelle différence y aurait-il entre la pureté et la prostitution?” se demande un autre homme. “Pourquoi parles-tu ainsi, Dima? Tu es journaliste, tu ne devrais pas parler ainsi”, la sermonne encore un internaute, quand une autre la met en garde contre “une frappe divine”.

A contrario, de nombreux internautes, femmes et hommes, ont pris la défense de Dima Sadek. “Des propos réalistes et profonds. Bonne journée des droits des femmes Dima”, écrit l’un d’entre eux.

Dans un communiqué publié à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l’ONG Human Rights Watch souligne que le Liban est toujours à la traîne par rapport à d’autres pays de la région en ce qui concerne la protection des droits des femmes.