Le pape espère un rapatriement en Syrie des réfugiés des pays limitrophes

47
Le pape François. Photo Osservatore Romano/Handout via REUTERS

Le pape François a appelé lundi, lors de ses vœux aux diplomates, à la poursuite des initiatives de paix en Syrie pour permettre en particulier de rapatrier les nombreux réfugiés syriens se trouvant dans des pays limitrophes.

“Il est important que l’on puisse poursuivre, dans un climat constructif de confiance accrue entre les parties, les diverses initiatives de paix en cours en faveur de la Syrie”, a souligné le pape, en évoquant un “long conflit qui a affecté le pays et causé d’effroyables souffrances”.

 

Dans le cadre de la reprise de la vie sociale dans le pays, “il est vital que soient protégées les minorités religieuses, parmi lesquelles se trouvent les chrétiens, qui depuis des siècles contribuent activement à l’histoire de la Syrie”, a-t-il insisté.
“Il est aussi important que puissent retourner dans leur patrie les nombreux réfugiés qui ont trouvé accueil et refuge dans les nations limitrophes, surtout en Jordanie, au Liban et en Turquie”, a poursuivi le pape, en rendant hommage aux “efforts accomplis par ces pays”.

Reprenant un appel déjà lancé dans son message de Noël, le pape souligné l’importance de “soutenir toute tentative de dialogue dans la péninsule coréenne, afin de trouver de nouvelles voies pour surmonter les oppositions actuelles, d’accroître la confiance réciproque et d’assurer un avenir de paix au peuple coréen et au monde entier”.
Il a aussi de nouveau évoqué les récentes tensions survenues après la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, alors que la ville est revendiquée par les Israéliens comme les Palestiniens.

Exprimant “sa douleur pour ceux qui ont perdu la vie dans les récents affrontements”, il a renouvelé “son appel pressant à pondérer toute initiative afin d’éviter d’exacerber les oppositions”. Il a de nouveau invité à respecter “le statu quo de Jérusalem, ville sacrée pour les chrétiens, les juifs et les musulmans”.

Concernant la crise politique et humanitaire “sans précédent” au Venezuela, le pape a exhorté “à répondre sans tarder aux besoins primaires de la population”. Il a aussi souhaité “que soient créées les conditions afin que les élections prévues cette année soient en mesure d’apporter une solution aux conflits existants”.