Alep: les rebelles utilisaient écoles et hôpitaux comme dépôts d’armes

53

Les terroristes qui contrôlaient l’est d’Alep avaient transformé les écoles et les hôpitaux en dépôts d’armes, aucun de ces établissements ne remplissait ses fonctions, a annoncé le ministère russe de la Défense, a rapporté l’agence russe Sputnik.

Alors qu’Alep est presque complètement libérée, les spécialistes du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit livrent de nouveaux détails concernant la situation qui régnait dans les quartiers orientaux de la ville tenus par les terroristes.

« Après avoir examiné les quartiers libérés d’Alep-Est, les démineurs du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit n’ont jusqu’à présent découvert aucune école ni hôpital qui remplisse ses fonctions directes. Tous ces établissements ont été utilisés comme quartiers généraux, tribunaux islamiques, dépôts d’armes ou ateliers pour la fabrication de roquettes artisanales », a indiqué le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

Comme l’affirme en outre le ministère, les terroristes utilisaient plus de 100 000 civils comme bouclier humains. Toutes ces personnes se sont rendues dans les quartiers contrôlés par le gouvernement « pour se sentir en sécurité, profiter d’une aide réelle et d’un repas ».

Selon M. Konachenkov, « on n’a découvert à Alep-Est ni opposition, ni défenseurs des droits de l’homme, ni représentants d’organisations humanitaires non gouvernementales telles que les Casques blancs».

« D’après les habitants, il n’y avait ici que la famine et la terreur totale par laquelle les combattants répondaient à chaque tentative de manifester leur mécontentement ou de quitter l’enclave », a-t-il indiqué.

Konashenkov a également assuré que les vidéos des soi-disant bombardements russes à Alep ont été fabriquées par les rebelles

«Toutes les déclarations occidentales font référence aux publications des activistes et à leurs vidéos de soi-disant frappes aériennes, fusillades russes et autres scènes qui ont été trafiquées par une équipe de télévision dédiée des rebelles. Nous ne nous expliquons pas pourquoi certains médias les utilisent sans vérifier leurs sources. Un conseil néanmoins : Ne croyez pas à la propagande des terroristes», a taclé le porte-parole du ministre de la Défense russe.

«Au lieu d’apporter de l’aide, ils se sont cachés derrière des soi-disant menaces à la sécurité. Pourtant, avant, personne à Londres, Paris, Berlin et Washington n’avait peur d’apporter de l’aide dans les quartiers Est d’Alep contrôlés par les terroristes», a-t-il conclu.

Il a notamment précisé que malgré les demandes russes de fourniture d’aide humanitaire aux civils d’Alep, les pays occidentaux et autres organisations humanitaires sont restés muets. «Toutes leurs promesses d’envoyer de l’aide ne se sont pas réalisées», a poursuivi Igor Konashenkov