Le RPL France a organisé sa soirée annuelle, en présence de l’ancien ministre de la culture, M. Gaby Layoun.

286
Le bureau parisien du Rassemblement pour le Liban en France (Courant Patriotique Libre en France) a organisé sa soirée annuelle, en présence de l’invité d’honneur, l’ancien ministre libanais de la culture, M. Gaby Layoun, représentant le Président du CPL, M. Gibran Bassil.

D’autres personnalités ont également honoré le RPL de leur présence, à l’instar du Chargé d’affaires auprès de l’Ambassade du Liban en France, M. Ghady El-Khoury ; le président de la délégation libanaise auprès de l’UNESCO, l’ambassadeur Khalil Karam ; le corps diplomatique de l’Ambassade du Liban en France représenté par: Mme Rola Nourredine, M. Walid Minkara et Mme Majida Karaki ; les conseillers de la délégation libanais auprès de l’UNESCO : Mme Milia Jabour et M. Hicham Chayeb ; l’Évêque du diocèse maronite de Notre-Dame du Liban en France et en Europe, Mgr Maroun Nasser Gemayel ; le Père Antoine Jaber ; l’adjointe au maire du 16e arrondissement de Paris, Mme Valeria Khoury.

Comme le veut la tradition du RPL, l’évènement est patriotique et rassembleur par excellence, la fête a réuni les représentants en France des partis politiques libanais, tels : M. Elie Abdelhay et M. Elie Chalhoub (Forces Libanaises) ; M. Frédéric Al-Hajj (Kataëb) ; M. Abdallah Khalaf (Courant du Futur) ; le Dr Antoine Al-Achkar (Parti Social Nationaliste Syrien) ; M. Mohamad Farhat et M. Ali Rizk (Association Al-Ghadir) et M. Hassan Obeid (Amal).

Les associations culturelles franco-libanaises étaient également représentées, dont Mme Artemis Keyrouz, présidente de l’Union Culturelle Mondiale Libanaise en France, sans oublier les dizaines de journalistes qui ont couvert l’événement et les très nombreux sympathisants du RPL et amoureux du Liban, qui ont fait le déplacement.

Qui plus est, l’Intishar et le Rassemblement Pour le Liban ont été représentés par les personnes du Dr Elie Haddad, coordinateur pour l’Europe du CPL ; Mlle Tracy Saab, responsable du secteur jeunesse auprès de l’Intishar ; M. Fadi El-Cheikh, représentant du continent européen auprès du parlement du CPL ; le Dr Antoine Chédid, Président du RPL France ; Mme Rita El Alam, secrétaire générale du RPL France ; M. Maroun Abou Chaaya, Président du RPL Paris ; M. Joseph Zghondi, Vice-président du RPL Paris et l’animateur de la soirée Dr Georges Azar, secrétaire général RPL Paris.
Juste après l’ouverture de la soirée avec les hymnes nationaux français et libanais, M. Maroun Abou Chaaya a prononcé un discours de bienvenu, au cours duquel il a remercié les convives pour leur présence, souhaitant également la bienvenue au ministre Gaby Layoun, venu de Beyrouth spécialement pour l’événement.

Le Dr Antoine Chédid, a ensuite pris la parole, insistant sur l’importance du rôle du ministre Gaby Layoun dans la préservation du visage culturel du Liban, lors de sa prise de fonction. Le Dr Antoine Chédid a aussi décrit le rôle du Courant Patriotique Libre dans l’amélioration de l’unité nationale, grâce à une politique d’ouverture et de dialogue, qui s’est traduite sur les accords historiques avec le Hezbollah en 2006, et la co-signature avec les Forces Libanaises d’une feuille de route, afin d’appuyer la candidature du Général Michel Aoun à la présidence de la République, seul garant d’une forte popularité nationale et chrétienne, afin de consacrer la stabilité du Liban, empêcher la naturalisation des réfugiés syriens et renforcer les rôles de l’Armée libanaise et de la Résistance libanaise dans leur lutte contre le terrorisme et l’idéologie takfiri.

Le Président du RPL France a conclu son discours en déclarant que le Liban a besoin d’hommes d’Etat dans les centres de décisions, surtout à Baabda, qui ne convient qu’à un meneur, à l’image du Général Michel Aoun, seul à pouvoir sauver de la noyade le bateau Liban.

Le ministre Gaby Layoun a enfin prononcé un discours qu’il a débuté par des remerciements aux organisateurs de la soirée, assurant à ces derniers les chaudes salutations du Général Michel Aoun et du Président du CPL, le ministre des Affaires étrangère Gibran Bassil. Le ministre Gaby Layoun a ensuite déclaré que ceux qui pensent pouvoir offenser le Liban et le traiter de mensonge sont petits et insignifiants, car précise-t-il : «il n’y a pas plus grande vérité que le Liban, tout comme le Pays du Cèdre a un lien avec chaque innovation mondiale. Nous travaillons sans relâche pour le Liban, et nous n’aurons de cesse de nous sacrifier pour lui en cas de danger vital. »
Le ministre Gaby Layoun a aussi assuré qu’une civilisation vieille de 6000 ans, dont le nom apparait plusieurs fois dans l’ancien testament, ne peut être qu’éternelle, malgré les menaces immenses. M. Layoun a de plus appelé les Libanais à s’unir et à mettre leurs différents politiques de côté, pour éviter de plus grands périls pour l’entité libanaise.

M. Layoun a également demandé aux Libanais l’union sacrée afin de favoriser la promulgation d’une loi électorale juste, axée sur la proportionnalité, garante d’une juste représentation parlementaire de toutes les composantes de la société libanaise, afin de permettre à chaque communauté d’être représentée par des personnes bénéficiant d’une large popularité.
Le ministre Gaby Layoun a souhaité que les Chrétiens aient également le droit, à l’instar des autres communautés, d’être représentés par la personnalité politique la plus représentative, et le droit d’élire un Président de la République fort. M. Layoun a noté que le Général Aoun représente désormais 85% des Chrétiens, selon des statistiques très précises, suite au soutien des Forces libanaises dans la course présidentielle.

M. Layoun a par ailleurs demandé une nouvelle fois aux Libanais de s’unir contre la naturalisation des réfugiés syriens et de travailler main dans la main afin de favoriser leur retour en Syrie. M. Layoun a ainsi pointé du doigt, sans les nommer, les parties libanaises responsables de la situation actuelle, qui n’hésitent pas à traiter les responsables du CPL de xénophobes, lorsque ces derniers sonnent la sonnette d’alarme dès le début de la crise des réfugiés, une crise qui risque de nuire fortement à l’entité libanaise.

Le ministre Gaby Layoun a enfin conclut son intervention orale en encensant les forces de l’ordre et l’Armée libanaise dans leurs combats contre les extrémistes et les takfiristes, et leurs sacrifices qui protègent le territoire de ce fléau.

Après ces discours, le diner servi par le restaurant Rimal et la fête ont pris leurs droits, en commençant par un tableau de danse folklorique libanaise exécutée par Dabké à Paris et suivi par des chansons appartenant au large registre traditionnel des chansons libanaises performées par les chanteurs Adham Chalhoub et Fadi Makhlouf accompagnés par leurs musiciens. Après le dîner, la danse fut assurée par les convives et se prolongea, comme à son habitude, jusqu’aux premières heures du matin. La fête fut brièvement interrompue par le tirage des lots gagnants (billets d’avion MEA pour Beyrouth et un collier de perles et plein d’autres…) distribués aux présents.

On se donne tous rendez-vous l’année prochaine ! à Paris ou Baabda … Inchallah!