Le chien de guerre américain veut mordre. Mais quoi et comment ?

32

Ce pourrait être vraiment drôle, si ce n’était pas si dangereux pour des millions de personnes vivant dans le monde. L’Empire, autrefois puissant, impitoyable et effrayant, saute maintenant comme un chien atteint de la rage; il salive, aboie bruyamment, sa queue est raide entre ses jambes.

Il happe à gauche et à droite, et périodiquement, il essaie même de mordre un morceau de Lune. Mais la Lune est loin, trop loin, même pour le pays le mieux armé et le plus agressif de la Terre.

L’Iran est beaucoup plus proche, de même que la Corée du Nord, la Syrie, le Venezuela, la Russie, la Chine, le Pakistan et d’autres pays qui ont réussi à se poser sur cette fameuse liste de merde de l’Ordre mondial néo-colonialiste fabriquée par l’Occident.

Le directeur général de ce que l’Occident aime définir comme le «monde libre» se comporte de plus en plus comme un voyou et un raciste, insultant les pays africains qui ont survécu au génocide et à la traite des esclaves et qui ont été pendant des siècles, colonisés, pillés et asservis d’abord par divers Etats européens « éclairés », puis par les efforts coordonnés des gouvernements occidentaux et des multinationales.

Il insulte et intimide aussi des millions de Latino-Américains, des peuples de l’hémisphère occidental qui, depuis des siècles, tombent sous la fameuse « Doctrine Monroe » de la politique étrangère américaine. Le résumé de cette Doctrine a été fondamentalement ceci: faites ce que nous disons et ce qui est dans l’intérêt de l’Occident, ou nous allons renverser vos gouvernements, assassiner vos dirigeants ou même envahir directement vos côtes. Maintenant, les « immigrants illégaux » de ces pays vont très probablement devoir quitter les États-Unis. Parce qu’ils sont pauvres (logiquement ils le sont, après des siècles d’oppression et de terreur venant du Nord), parce qu’ils ne sont pas blancs, et parce qu’ils sont « sans instruction », ou en résumé, parce qu’ils ne sont pas des « Norvégiens » (le directeur préférerait les migrants norvégiens).

Insulter les gens et les nations est une chose, mais approcher le monde d’une guerre nucléaire est quelque chose de très différent.

Il apparaît de plus en plus que la possibilité d’un nouveau conflit (ou conflits) épouvantable n’est rien d’hypothétique. C’est un scénario tout à fait réaliste, une grande possibilité, compte tenu à la fois de l’état d’esprit du Manager, et même, au fur et à mesure, de l’état d’esprit du public occidental, qui semble totalement déconnecté de sa position dans le monde et même de sa propre histoire.

Pendant ce temps, un chien de guerre redoutable sautille de partout, flairant dans différentes directions, prêt à mordre, à dévorer, à mettre fin à la vie sur notre planète.

Qui en sera la première victime?

Quelqu’un est-il prêt à céder à une force brutale, à s’abandonner par peur, à accepter le sort morbide et répugnant des nations conquises et brisées comme l’Afghanistan, la Libye ou l’Irak?

Un gouvernement serait-il assez fou pour permettre à l’Occident de «libérer» son peuple?

Je ne le pense pas. Plus maintenant. Tous les exemples sont simplement trop horribles. Il est préférable de se battre, de se battre pour sa liberté, plutôt que de devenir une colonie, une terre brisée, humiliée et usurpée. J’ai vu ce qu’ils ont fait en Afghanistan, en Irak, en République démocratique du Congo. J’ai vu et j’ai voulu vomir de ce dont j’ai été témoin, mais j’ai plutôt écrit une accusation de 800 pages, de partout dans le monde, appelée  » Exposing Lies Of The Empire« .

L’Ouest est déjà à court de crédit. Il n’y a plus de confiance. Le monde entier sait parfaitement ce que c’est que d’être colonisé et contrôlé par l’Europe et les États-Unis.

L’Occident est déjà à court de crédit. Personne n’a plus confiance en elle. Le monde entier sait parfaitement ce que c’est que d’être colonisé et contrôlé à la fois par l’Europe et les États-Unis.

Le chien de guerre est à la recherche d’un point faible, où ses crocs peuvent commencer à déchirer la chair. Mais tout à coup, il semble qu’il n’y en ait plus. Tous les points se sont durcis et sont devenus résistants.

La Russie et la Chine restent fermes et fortes, leurs diplomates humiliant littéralement leurs homologues de l’empire occidental par un comportement composé, puissamment sophistiqué et raffiné. Mais les militaires des deux puissantes nations pacifiques ont récemment été constamment en état d’alerte: prêts à défendre leur propre peuple et l’humanité.

L’Iran et la Corée du Nord ne cèdent pas non plus. La Syrie commence à se reconstruire, malgré le fait que la subversion, armée et soutenue de l’étranger, n’a pas encore été totalement vaincue. Le Venezuela, Cuba et la Bolivie sont toujours là, debout, pas à genoux.

Tout d’un coup, personne n’est prêt à se rendre. C’est la première fois dans l’histoire que l’Empire est confronté à un tel mépris du reste du monde.

Plus solide est la détermination des différents pays à ne pas se laisser coloniser, plus folle est la danse de saint Guy de l’Occident.

La réticence à perdre de grands privilèges ainsi que la « position dominante » du monde (y compris le « droit » de dire au reste du monde ce qui est « correct » et ce qui ne l’est pas) est également clairement ancrée dans les positions de diverses publications, mouvements et partis européens et nord-américains de pseudo-gauche: elles étaient toujours prêtes à verser des larmes sur le sort des pauvres et des opprimés partout dans le monde, ou à « lutter contre la guerre et pour la paix », mais elles ont été très allergiques aux nations non blanches qui ont courageusement proclamé leur droit de suivre leur propre chemin, ou concrètement: de choisir leurs propres systèmes politiques et économiques, ainsi que leur mode de vie.

L’impérialisme, le chauvinisme et les complexes de supériorité culturelle de l’Occident ont plusieurs formes et nuances différentes. Presque aucun individu n’est à l’abri de ces maux, si on excepte les rares hommes et femmes purs qui pourraient être définis comme internationalistes. Il y en a même aux États-Unis, au Royaume-Uni ou en France, mais ils sont peu nombreux.

Par le passé, les pays figurant sur la liste noire de l’Empire ne pouvaient compter que sur eux-mêmes. Ces derniers temps, cela a radicalement changé: maintenant, ils peuvent aussi compter les uns sur les autres.

Et c’est pourquoi l’Empire va perdre! Il existe déjà une coalition mondiale contre sa terreur. Il est encore en train de se former et de se définir, mais il est déjà fort.

L’Empire sait qu’il va perdre; il le sait intuitivement, mais il est encore dans le déni.

Il peut encore ruiner des dizaines de millions de vies humaines, avant que ce ne soit terminé. Très probablement, il le fera. Mais l’ère des ténèbres, de ces monstrueux siècles de colonialisme, sera bientôt terminée.

*

Les citoyens de l’Occident devraient enfin penser à leur propre histoire. Ils devraient faire un apprentissage sérieux, s’éduquer. La plupart d’entre eux sont totalement ignorants, y compris ceux qui détiennent des diplômes divers. Qu’ont fait leurs pays à la Russie, à la Chine, à l’Iran, à la Corée, en fait à toute l’Afrique, à l’Asie, au Moyen-Orient et à ce qu’on appelle aujourd’hui l’Amérique latine?

L’histoire atroce de l’Occident s’écoule dans le présent, et si le cours n’en est pas radicalement modifié, il continuera à s’écouler dans l’avenir.

Si l’on additionne le tout, nous parlons de centaines de millions de vies humaines détruites par l’Occident tout au long de son règne colonialiste et impérialiste. Certains statisticiens parlent déjà d’un milliard.

On ne peut pas revenir en arrière, mais la tendance peut être stoppée.

L’Occident n’a absolument aucun mandat moral pour dire à aucun pays du monde comment se comporter. Le monde, malgré le lavage de cerveau systématique, commence à s’en rendre compte.

Si l’Occident continue d’intimider ses victimes passées et présentes, les choses ne feront que se retourner contre lui.

L’Europe, l’Amérique du Nord et leurs alliés (partenaires dans le crime) devraient simplement s’asseoir, pleurer et se jeter des cendres sur la tête, honteux et affligés par les horreurs qu’ils ont fait subir à notre planète pendant plusieurs siècles.

Au lieu de cela, l’Occident court partout, aboyant, montrant des crocs, se chiant dessus de peur qu’il ne perde son contrôle sur le monde et qu’il ne soit finalement forcé de jouer selon les règles internationales.

Il ne lui vient même pas à l’esprit qu’il devrait plutôt être rapidement admis dans un établissement psychiatrique pour patients particulièrement violents et sadiques.

Son grand patron [Trump] n’est pas une anomalie. Il a été mis là « où il est » par le peuple. Beaucoup de ses rêves et désirs sont identiques à ceux des masses.

En Occident, il n’est pas le premier grand patron de ce genre, et il n’est pas le pire. Il fait partie de cette longue tradition de tyrans. Et cette tradition doit cesser, très rapidement, pour que notre planète survive.

Ce sont des temps violents, dangereux et éprouvants. Le monstre malsain et agressif ne devrait pas être autorisé à détruire totalement le monde. Ceux qui sont déjà debout ne devraient jamais se rendre. D’autres devraient y adhérer. La survie de notre civilisation est en jeu!

Ce sont des moments brutaux, dangereux et éprouvants. Le monstre malade et agressif ne devrait pas être autorisé à détruire totalement le monde. Ceux qui sont déjà debout ne devraient jamais se rendre. D’autres devraient rejoindre. La survie de notre civilisation est en jeu!

 

 

Andre Vltchek est un philosophe, romancier, cinéaste et journaliste d’investigation. Il a couvert les guerres et les conflits dans des dizaines de pays. Trois de ses derniers livres sont son hommage à « The Great Octobre Socialist Revolution » un roman révolutionnaire « Aurora » et une œuvre à succès de non-fiction politique:  » Exposing Lies Of The Empire « Voir ses autres livres ici . Visionnez Rwanda Gambit , son documentaire révolutionnaire sur le Rwanda et la RDCongo et son film / dialogue avec Noam Chomsky « Sur le terrorisme occidental » . Vltchek réside actuellement en Asie de l’Est et au Moyen-Orient et continue de travailler dans le monde entier. Il peut être contacté via son  site web et son Twitter .